L’association

Pour que fume la cheminée… l’idée est née au milieu du bavardage animé d’un groupe d’amis occupés à casser la croûte. Ils parlaient de pain, de faire son pain et, de farine en pâte et de pâte en levain ils s’interrogent ; à Vollèges, reste-t-il un four banal? Il existe effectivement, dans une ruelle du vieux village, un four à pain dont la construction remonte à 1905. Il est aujourd’hui propriété de l’hoirie de Sylvie MABILLARD-TERRETTAZ.

Constitués en comité d’initiative du four à pain de Vollèges, ces mêmes amis ont proposé à toute la population de la Commune de rendre à ce vieux four sa chaleur d’antan avant que sombre dans l’oubli le rite séculaire de la cuisson du pain au four banal. Les propriétaires cautionnent sans réserve l’idée de raviver la flamme du vieux four et réservent en exclusivité sa vente à la société.   Pour concrétiser ce projet, il a été nécessaire de connaître l’intérêt qu’il suscite et de pouvoir chiffrer avec exactitude l’importance de l’appui financier qu’il faut attendre des futurs sociétaires.   Dans ce but, le comité d’initiative constitué de Gérard Terrettaz, Thomas Frossard, Benoît Berguerand, Christian Terrettaz, Jean-Marie Abbet a lancé un appel a été envoyé à toute la population de la commune de Vollèges et environ…   Répondant à cet appel, 48 personnes se sont réunies en assemblée constitutive le 24 septembre 1991 et ont posé les fondements de l’ASSOCIATION DU FOUR BANAL DE VOLLEGES.

 

Buts et Mission

Selon les statuts actuels, l’association a pour but :
– d’acquérir l’immeuble et la grange
– de restaurer le bâtiment et le four banal
– de les conserver dans leur meilleur état
– de raviver et de perpétuer la coutume ancestrale de la cuisson du pain dans le four banal

Aujourd’hui s’ajoute une dimension supplémentaire une notion de transmission d’un savoir faire pour les générations futures et de valorisation de ce patrimoine. L’association vit grâce aux dons et aux recettes enregistrées lors des manifestations villageoises et des fournées.

Vous trouverez ici les Status.